L'atelier des gratte-clavier

sur whiteliste uniquement
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le repenti

Aller en bas 
AuteurMessage
Cédric gob
Auteur
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 34

MessageSujet: Le repenti   Sam 26 Aoû - 19:40

Chapître 1: le monstre

A l'auberge du gobelin écrasé de KALA, un homme profitait d'une pinte bien mérité. En effet, l'homme est en piteux état. Son bras droit est bien seul sans le gauche, il a des blessures purulentes partout sur le corps que l'on voit à travers ses vêtements en lambeaux et enfin l'une de ses jambes ne semble pas vraiment être du bon côté. On penserai plutôt trouver une personne dans son état dans un temple.
Un guerrier tout en armure entra dans l'auberge, l'épée qui dépasse dans son dos étant bien plus grande que lui. Son allure et les Armoiries des seigneurs de GELMER dénotent avec l'ambiance roturière de l'auberge. Le seigneur scrute tout les manants d'un regard confiant et supérieur, en quête semble-t-il de quelqu'un. Lorsqu'il aperçoit l'épave qui boit une pinte il la fixa, l'examina et se dirigea en sa direction.

-" Vous me semblez bien amoché l'ami!"

-" j 'suis pas votre ami et jl'avais remarqué merci!" Lui répondit-il en négligeant grandement les égards du au rang de son interlocuteur.

Celui-ci ne sembla même pas y faire attention. Un guerrier émérite tel que lui ne perds pas sang froid au moindre excès de langage.
-" Une pinte gratuite et la magie guérisseuse d'un prêtre pourrai sans doute vous faire apprécier ma compagnie."

-" ce s'rai point d'refus. Mais que m'vaut ct'honneur??" L'homme se méfiais mais l'occasion est trop bonne et après tout il n'avait plus rien à perdre.

-" Si mes informations sont bonnes, je veux tout savoir sur ce qui vous a fait cela." Dit-il en lui tendant une pinte pleine.

Les yeux de l'homme s'ouvrirent en grand puis son œil gauche se mit à vibrer incontrôlablement. Des souvenirs horribles se bousculèrent dans sa tête. Il reprit ses esprits en regardant la pinte pleine et l'idée d'une guérison motiva sa loquacité.

-" bien m’sieur, écoutez bien car je n'le répèterai point. Et après direction le temple hein???" 

-" très bien, je suis tout ouï! " Dit le seigneur avec grand sourire et un regard apaisant.

-" ce qui m'a fait ça est pire que la peste, ça c'est sûr! Déjà un troll c'est une vrai plaie mais c'ui là est bien pire. I'se bat avec tout plein d'armes et il bouge comme un démon. J'avais d'jà entendu des trolls mais lui est diffèrent. Il pare les attaques, esquive, aucun garde n'l'a blessé. L'pire c'est qu'il aime ça tuer. Les trolls ça défend juste un territoire normalement, mais c'ui la i'se déplace juste pour tuer. Il est venu dans notre village pour tous nous tuer. On voyait la folie dans ses yeux. C'te troll est croisé démon c sûr.  J'suis en vie que parcequ'j'ai fait l'mort!" Après sa dernière phrase le regard de l'homme sembla être gêné. La honte est une autre blessure a son actif. 
-" on peut aller au temple maintenant?" Dit-il les larmes aux yeux.

-" bien sur, vous me direz ou est votre village sur le chemin mon ami."

Tout en se dirigeant vers le temple l'homme se permit une question:
-" mais je me demandais m'sieur, pourquoi y vous intéresse c'démon ?"

Le seigneur eue un sourire bref, preuve qu'il attendait et espérait la question.
-" JE SUIS LE SEIGNEUR SIGFRIED VON GELMER, PRINCE GUERRIER LE PLUS PUISSANT DE LA VALLEE ET JE VAIS TERRASSER CE DEMON !!!"  Hurle-t-il  dans un posture théâtrale.
L'homme en resta bouche bée et tout deux se dirigèrent vers le temple.

Plusieurs jour plus tard, le prince Siegfried se retrouva prés d'une grotte. D'après ses investigations aux alentours du village ravagé, le " troll démon " devrai être là. Siegfried cacha ses affaires derrière un rocher et effectua un bref échauffement. Avec son épée gigantesque à la main il frappa les rochers à l'entrée comme un appel au combat. Les éclairs qui jaillir des coups portés laissèrent entrevoir un monstre au fond de la grotte. La forme se leva en saisissant quelque chose puis se dirigea à son encontre. Le prince recula pour laisser la bête se lever de toute sa taille.  Une fois debout, l'homme put remarquer que son adversaire avait le double de sa taille.
Il s'éloigna et mesura celui-ci avec son arme. "Il est presque aussi grand que toi!" Dit-il à son arme en voyant que celle-ci était à peine plus grande que son adversaire.
L'aisance avec laquelle Siegfried maniait cette épée gigantesque est impressionnante. Malgré leur différence de taille tout semblait indiquer que ce démon allait enfin subir son châtiment mérité.

Siegfried se mit à bonne distance puis effectua des demi cercles meurtriers avec son arme. Le troll esquiva brillamment les premiers demi cercles mais finit par être touché par l'un d'eux qui l'envoya voler plus loin, une entaille horizontale sur le ventre. Il se releva en tenant ses entrailles à leurs place puis regarda Siegfried avec un sourire. Il leva la hache qu'il tenait dans l'autre main au dessus de sa tête et écarta ses jambes. Il était prêt à le prendre au sérieux semble-t-il.
Fort de sa première réussite, le prince repris la même tactique, des demis cercles rapides et puissants direction le ventre déjà tranché du troll. Mais dés le premier coup, le troll abattit puissamment sa hache en direction du plat de l'énorme épée qui se dirigeai vers son abdomen.
Celle-ci malgré son poids et l'élan puissant du guerrier fut stoppée par la hache et s'enfonça dans la terre pourtant solide. Bien que surpris, le prince entreprit au plus vite de récupéré son arme. Mais au moment où celui-ci était sur le point de la récupérer, il reçut un violent coup qui l'envoya au loin. Son épée le suivi juste grâce à son gantelet d'arme qui lui permettait de ne jamais la lâcher. Il se releva un peu sonné. Il devina avoir reçu un coup de poing gigantesque du troll. Il vu que celui-ci était face à lui, les deux mains sur sa hache et le ventre sans une égratignure.
Quelle erreur de débutant, même si celle-là semble plus rapide il ne faut jamais négliger la compétence de régénération des trolls. Le prince se releva, essuya sa joue endolorie et se mit en position de combat, ses yeux brûlants de détermination.
Il réfléchit à une nouvelle stratégie mais n'en eue pas le temps. Son adversaire fonça sur lui et sa hache se dirigeant dangereusement en direction du crane humain visé. Seul les réflexes acquis pendant des années de batailles lui permirent de réagir instinctivement en tournoyant afin d'éviter la hache. Il pris soin de garder l'élan obtenu afin de balancer son arme pleine puissance dans la face du troll.  L'impact fut si puissant que des gerbes d'étincelles jaillir du choc entre les deux armes. Cela surpris les deux combattant qui sautèrent tout deux en arrière.
Les deux adversaires se regardaient fixement. La tension était palpable. Tout deux semblaient conscient d'être en présence d'un redoutable combattant. L'assaut final sera sans nul doute le prochain. Les deux armes sont envoyées en même temps derrière leurs propriétaires afin d'obtenir l'élan parfait pour effectuer un coup le plus meurtrier possible. Aucun des deux ne semble vouloir débuter le coup et prendre l'initiative dans le combat. Soudain Siegfried fit un rapide tour sur lui même et laissa son immense épée pendre au bout de son bras. Son gantelet lui permit de garder l'arme en main mais le coup lancé fut si violent que son coudre se déboita à cause de la puissance centrifuge contenue dans l'épée qui ne ressemble plus qu'à un énorme coup de vent. Siegfried se prépara au choc violent de la parade ou au mieux de l'impact sur la tête du troll mais celui-ci bizarrement tarda. Le choc arriva plus tard sous la forme d'un planté dans le sol. L'arrêt brutal de la lame dans le sol se répercuta sur le prince qui se retrouva lancé dans les airs en direction du sol un peu plus loin. Il prépara son épaule pour l'impact mais son corps fut projeté dans tout les sens.  Il ne comprit pas tout de suite ce qui s'était passé. C'est après une chute des plus grotesque, comme un sac à patates pour être honnête, qu'il se releva et compris la situation. Face à lui, le troll tout sourire, avec son épée à la main, son bras et son gantelets pendant au bout. Sous l'euphorie du combat il ne sentit pas la douleur. Maintenant il comprit le dernier mouvement du troll. Celui-ci sauta malgré sa taille et effectua un saut périlleux avant. Ce saut lui permit d'éviter l'épée et de trancher le bras du prince ce qui provoqua sa chute incontrôlée.
Le prince regarda le troll puis regarda son épaule à nue. Il ne vit pas de démon dans ses yeux ni même de fureur ou de haine. Il ne vit rien d'autre que de l'amusement. Lui qui voulait sauver le monde d'un démon, être un héros et être adulé de tous fini finalement en étant le jouet d'une bête. Il se résigna a avoir perdu à la loyal et couru vers ses affaires cachées. Sans perdre de temps il sortit un fiole de feu grégeois. Il avait appris de source sûre que le feu était le point faible des trolls. Cette fiole , c'était son joker. Avec elle la victoire était assurée, bien que moins belle. Mais là, la situation était critique. A peine eue-t-il la fiole dans les mains que son épée était déjà là. Il avait fournit à son ennemi la meilleure des armes pour lui. Les rochers volèrent en éclats, entre les débris les deux visages s'observèrent un instant. La tension n'était plus la même, l'un était dans un état second de plaisir et l'autre dans un état de détresse augmentée par l'expression de plaisir sur le visage du troll. Le troll semblant profiter de l'instant, Siegfried eue le temps de se faufiler dans la grotte où il serait dans une relative sécurité. Il courut au fond de la grotte, se plaqua au mur et se tint prêt à lancer la fiole sur le monstre. Le temps que ses yeux s'habituèrent à l'obscurité, il repris son souffle. Il put remarquer ensuite que rien ne semblait le suivre. 
Il attendit ainsi un long moment. Son cœur battait la chamade et son souffle était de plus en plus haletant tant l'attente était stressante. Sa blessure commençait à le faire souffrir et sa vue diminuerait. Il était trop blessé et à bout de force pour faire durer le combat plus longtemps. Mais qu'attendait donc son adversaire pour rentrer et mourir enfin. Après de longue minutes il se résigna à penser qu'il ne rentrerait plus dans la grotte. Il lui vint l'idée que sous la peur du feu son adversaire serait parti. Cela était possible après tout, il aurait forcément vu la fiole et comprit. Ce qui expliquerait le temps de latence quand leurs regards se croisèrent au milieu des débris de pierre. Il se décida donc à sortir prudemment, prêt à jeter la fiole mais convaincu de son inutilité.
Il fut un instant éblouit en sortant et eue la surprise de voir le troll qui s'était assis loin de la grotte. Il l'observait, d'un regard amusé. Le même regard que l'on a après avoir détruit un fourmilière en les regardant tout reconstruire dans l'urgence. Siegfried commença déjà a estimer son lancer et la distance idéale. Il s'approcha prudemment en observant son ennemi qui continuai à le regarder en souriant. Il était assis en tailleur, l'épée du prince sur les genou. Celle-ci avait été débarrassée du bras qui y était attaché et c'était sans doute cela que le troll mâchait tranquillement. "Alors pour lui je suis juste un casse-croute qui est venu lui même se faire bouffer!" Pensa Siegfried " Tu vas voir ce qu'il va te faire le casse-croute".
La distance idéale était atteinte et d'un geste vif et puissant, il lança la fiole face à lui en direction du goinfre qui était en train de boulotter son bras. La fiole explosa et une boules de flammes en jaillit. Mais il y avait quelque chose qui clochait. L'explosion était trop proche. Le troll était plus loin. Il n'y avait pourtant aucun obstacles entre eux alors que s'était-il passé. La solution aux question de Siegfried se dirigeai droit sur lui. Son épée lancée à une vitesse folle vint transpercer son thorax et l'emporter d'où il venait. Tout deux allèrent s'écraser au fond de la grotte. La puissance du lancé était telle que l'épée se fixa et cloua le prince au mur au fond de la grotte. De toute ses forces celui-ci tenta de se débloquer. Mais comment s'enlever une épée plantée au mieux du torse avec une seule main et plaqué au mur?  De plus avec deux blessures graves, il sentait ses forces le quitter. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits et tenta à nouveau de se libérer. Tout à coup il se rendit compte que le troll était juste en face de lui. Il fut si rapide  et lui si distrait qu'il ne le vit pas approcher. Il lui sourit, un bout de son armure était coincé entre deux de ses dents. Ce sont d'ailleurs les dernières choses qu'il vit. Une large rangée de dents puissante qui mirent fin à sa vie et à l’appétit du troll.

Chapître 2 : Mahap hell pa
 



Nous retrouver la mâchoire de Mahap hell pas. C'est comme ça qu'on l'appel maintenant. A l'intérieure de sa bouche gigote une partie du gobelin qui tente de s'extirper de ses barreaux tranchants, sans grand résultats. Mahap quand à lui est en train de massacrer une troupe de gobelin. Il faut dire que son épée, anciennement celle de Siegfried, mesure 5 ou 6 gobelin. Alors chaque aller retour de cette arme dans la troupe fait un véritable massacre. Quand on l'a envoyer attaquer cette troupe de gobelin se dirigeant vers GELMER, le but n'était pas de tester ses capacités. Ces gobelins seraient des milliers qu'il en viendrai aisément à bout. Le but était de s'assurer que ceux-ci ne gêneraient pas la ville. Et depuis sa rencontre avec la sainte, GELMER est devenue spéciale à yeux. Siegfried est le dernier homme qu'il a tué quand il était une bête. Il repensa justement à sa rencontre avec elle pendant son massacre bien ennuyeux il faut l'avouer.
C'était peu de temps après avoir tué Siegfried. Son épée lui correspondait tellement qui fit après de véritable massacre. Alors qu'il venait de finir d'exterminer tout les habitants d'un village, femmes , enfants , et vieillards compris, il vit une femme au loin s'approcher de lui. Elle était d'une beauté ensorcelante, même pour lui. toute vêtue de blanc, ses vêtements semblaient flotter autour d'elle. Ses longs cheveux sont soulevés par une puissance inconnue, le tout lui donnant une impression vaporeuse. Sa démarche est si gracieuse qu'elle semble voler au dessus du sol. Une grande pureté émane d'elle. Le troll est comme subjugue par cette apparition. Il lui vient des envies qui vont au delà de l’appétit et de l'envie de meurtre. Alors qu'il allait poser son arme afin de se saisir d'elle , il sentit une force invisible le frapper en dessous. Il se retrouva dans les airs bien plus haut qu'il ne l'a jamais été. Il voit d'ici la femme en tout petit, un bras levé et une puissance blanchâtre en emmenant. La chute fut rapide au vue de son poids. Un nuage de poussière se forma sous l'impact et la bête en profita pour foncer et porter une estocade meurtrière en direction de cette puissante dame. Au moment où la lame aurait due trancher de la chaire tendre, la femme sembla disparaitre sous les yeux ébahis du monstre. Il la revis plus loin, hors d'atteinte de son arme. Son coup avait-t-il été trop lent? Le troll repris ses esprit et effectua un quart de cercle rapide afin de lancer une taillade verticale d'une fulgurance inouïe. Mais au moment où il aurait du trancher en deux l'inconsciente qui lui faisait face, sa lame ne rencontra aucune résistance jusqu'au sol où elle se planta comme dans du beurre. La femme le regarda en souriant. Le monstre entendit une voix dans sa tête et compris curieusement se qu'elle dit, alors qu'il ne parlait pas un mot normalement. 

-" tu es d'une puissance remarquable, Troll. Dit-elle dans sa tête. Je ne vois pas de haine ou de de furie en toi. Tu ne semble même pas capable de comprendre tout le mal que tu fais."

Ils se regardèrent tout deux. Il tenta une nouvelle fois de la trancher horizontalement mais comme auparavant celle-ci disparut juste avant l'instant fatidique. Le troll semblait déboussolé. Il planta même sa lame dans le sol pour en vérifier l'efficacité.  Totalement impuissant face à un ennemi qui ne semblait pas pouvoir être touché il hurla et effectua des allers retours aussi vite qu'il le pouvait. A chaque passage de la lame, c'était comme un puissant coup de vent qui tentait de détruire sa cible. Malgré la puissance des attaques successives, la femme ne fut nullement ébranlée, ses cheveux et ses vêtements ne semblèrent même pas ressentir le vent et ne bougèrent pas d'un centimètre à chaque téléportation. Le troll semblait inépuisable, il continua un bon moment à frapper le vent en quête de cet ennemi, espérant une maladresse de sa part. Celle-ci ne quittait jamais son sourire et sembla décidée qu'il était temps de passer à autre chose. Elle disparut pour réapparaitre au dessus du monstre. Elle le projeta au sol avec sa puissance et des rochers apparurent à chaque membres de celui-ci. Bien qu'étant d'une force surhumaine, le monstre ne put se dégager de cette prison de granite. Tout ce qu'il put faire, c'est regarder la femme tomber doucement sur son torse et le regarder. Elle lui sourit et se remit à lui parler dans la tête. 

-" te tuer serait une punition bien douce au vue de ce que tu as fait. Te faire souffrir pour ce que tu as fait et te forcer à expier serait plus judicieux non??" Dit-elle d'un air malicieux à la bête qui était incapable de répondre à cette question rhétorique. 

La sainte, car s'en était une, se mit à genoux sur le torse puissant du troll et joignis les mains. Elle pria son dieu sous un halo lumineux, sa voix semblant venir de tout part.

-" ho Dieu miséricordieux, puni cet être malsain et accorde lui la conscience qui lui manque afin de souffrir de ses méfaits. Fait lui le don de la bonté afin que sa souffrance se transforme en expiation et qu'il répare à jamais tout le mal qu'il a engendré."

A la fin de sa phrase, le halo lumineux devint aveuglant. Pendant un quart de seconde, la plaine ne fut plus qu'un champs de lumière qui se vit à des kilomètre à la ronde. Quand la lumière disparut peu à peu, la sainte était debout face au troll à genou. Celui-ci venait d'acquérir deux nouvelle capacités qui en cet instant le firent plus souffrir que toutes les blessures physiques au monde. Il hurle et tomba vers l'avant. Il se retint avec les bras et se mit à pleurer tout en hurlant. Imaginez vous devenir un être d'un bonté incalculable après avoir commis des méfaits incommensurables et vous comprendrez sa douleur. Ils restèrent ainsi un long moment. 
Puis lorsque le troll se tut et se mit en position fœtales sur le sol, la sainte lui parla.

-" tu as assez pleuré. Tu vas me suivre et tout faire pour expier tes fautes à présent." Dit-elle toujours en souriant mais avec un ton qui ne laissait pas la place à la négociation.

-"  bien !" Lui répond-t-il en se relevant et ramassant son arme. 

Un sourire en coin sur le visage angélique démontre qu'elle fut surprise qu'il était maintenant aussi capable de parler. Ce repentir fut bien plus puissant qu'elle ne l'eue imaginée. 

-" comment dois-je t'appeler, troll?" Demanda-t-elle en partant en direction de son foyer.

-" m'appelle pas!" Lui répondit-il, estimant ne pas mériter une quelconque appellation. 

-" très bien Mahap hell pa, écoute moi attentivement . Le chemin sera long mais ton inculture l'est encore plus."

Et deux cheminèrent ainsi comme si il ne s'était rien passé auparavant.

Mahap hell pa se souvint de ce trajet. Plusieurs jours de marche avant d'arriver au monastère et un monologue interminable qui lui expliqua tout un tas de choses diverses et variés. Elle lui appris tellement lors de ce trajet mais bien plus encore après. Il lui fallut plusieurs années d'apprentissage afin de se montrer digne de ce qu'elle attendait de lui. Il n'était plus du tout le même. Il devint calme, stoïque, inébranlable même et surtout il possédait une bonté à toute épreuve qui le poussait à vouloir aider tout le monde. Il était aussi contre toute attente , d'une grande intelligence, comprenant tout du premier coup même les histoire politiques les plus complexes. C’est sans doute cette intelligence qui le différencia des autres trolls. Elle utilisa cette capacité afin de lui apprendre tout ce qui lui permettrait de comprendre l’impact de ses actes. 

Quand ce souvenir d'apprentissage s'estompa, il ne restait à part les fuyards plus qu'un gobelin en vie, celui qui se débatait dans la bouche de Mahal. Dans un geste de bonté, le troll pris la tête du petit être maléfique dans sa main libre et l'éclata en sérrant d'un coup sec. Le gobelin ne souffrait et cela lui tenait à cœur, il prit d'ailleurs la peine d'achever chaque gobelin à l'agonie qui gisaient à ses pieds. Alors qu'il achevait le dernier ennemis, Mahap vit au loin la cavalerie de se diriger en sa direction. L'un des avertissements de son professeur résonna dans sa tête.
« je t’approche jamais des humains. Il ne peuvent comprendre ce que tu es et tenteront de te tuer. »
Le troll préfèra s'éclipser et éviter de combattre les gens qu'il était venu sauver. Il mit sa capuche blanche et partit en courant dans la direction opposée. Malgré le combat, son vêtement blanc restait toujours d'une blancheur pure et intense. Un cadeau de la sainte pour lui donner un semblant d’apparence bienveillante. 
Dans la troupe de cavalier, le commandant vit au loin une énorme forme blanche Immaculée s’éloigner à toute allure. Un détails retint son attention. Au bras de cette forme se trouvait un objet bien singulier. Une arme titanesque qui lui appela un ami à lui, ami disparu lors de la traque d'un troll maléfique. Les recherches pour retrouver le prince ne donnèrent aucuns résultats, même son arme pourtant énorme ne fut pas retrouvée. Son futur roi et ami fut une perte inestimable pour ce comté guerrier. Il regarda partir cette masse et se concentra sur la pile de cadavre goblinoïde qui giseait inerte à leurs pieds. Ils auraient put en venir à bout, pour pas sans essuyer quelque pertes. Après une bref inspection des corps ils rentrèrent au fort sécuriser leur demeure. Il ne put s’empêcher de faire un dernier regard en direction de là où il avait vu la forme blanche. 


Chapître 3 : Skwee

La nuit tomba alors que le troll se trouvait dans une forêt. Il choisir un grand arbre pour s'installer à ses racines. Le feu qu'il alluma faisait danser des ombres inquiétante dans les sous bois. Sur le plat de son épée il fit frire un plat forestier : des baies, des champignons et des herbes. Quelques fruits à ses pieds lui serviront de dessert. Ce repas est loin d’être un repas typiquement trollesque. Ses semblables préférant la chaire fraîche agrémentée parfois de pommes. Habituer son corps à un régime exclusivement végétarien fut une des grandes difficultés de son apprentissage, mais il ne pouvait concevoir de tuer pour se nourrir. De la pénombre des bois, une voix se fit entendre.
-« drôle de repas pour un troll ! »
La voix semblait venir des ténèbres elle-même. Mahap leva les yeux et ne voyant rien, continua son repas. La  même voix se fit entendre d'un endroit opposé au premier. 

-« tu aurais dû garder un gobelin. Tes frères nous adorent !" 

En même temps que cette phrase, un carreau d'arbalète fila en direction du troll. Sur la défensive, celui-ci attrapa le carreau avec la main d'un geste précis et rapide, et ça sans faire tomber son repas.

-" Je ne mange rien qui ai une conscience. Y compris toi si je te mets le grappin dessus." 

En disant ça il planta la garde de son épée dans le sol pour laisser son repas cuire et se mit en garde à mains nues.
Il n'entendait aucun son et ne voyait aucune forme, mais il sentait sa présence. Il posa le pouce de sa main droite sur une bague qu'il porte au majeur. Il vit des tâches blanches apparaître et disparaître tout autour de lui. 
Il les suivi de yeux prêts à l'attraper si elles arrivaient trop prêt de lui. Un carreau parti, puis deux , puis trois et ce fut une véritable pluie de carreaux venant de tout les sens qui s'abbatit sur le troll. Celui-ci ne fut pas en reste. Il fit preuve d'une dextérité exceptionnelle pour attraper ou dévier les carreaux venus de toute part. 
Puis la "pluie" s'arrêta, et il ne vit plus rien autour de lui. Mais il sentait sa présence. Il était tout prêt. Sans doute plus prêt que jamais. Mais alors il ne pouvait être qu'à un seul endroit. D'un mouvement rapide il tourna sa tête et vit une arbalète sortir de sa propre ombre. Sans même se poser de questions ( et on pourrait s'en poser quand sa propre ombre peut vous tuer), il chopa l'arbalète et vit une forme qui y était accrochée. À la taille cela semble bien être un gobelin.
 Au moment où il allait le prendre, le gobelin lâcha son arme et disparut dans l'ombre. Bien plus loin on put entendre:
-"rends moi cette arme où tu le regrettera."
Le troll regarda en sa direction et lui répondit : "Je suis mort de peur !"
Il lança l'arme un peu plus loin. Ensuite il retourna voir son repas et dit tout pour lui même. 

-"c'est légèrement trop cuit mais ça devrait aller."

Il s'assit et commença à manger.
l'ombre de l'arbalète dansais au rythme du feu. Dans ces mouvements aléatoires apparurent des formes petit à petit. deux pointes d'oreilles en premier puis le haut du crane et enfin toute la créature fut là, devant son arme à terre.
il regarda son arme laissée à sa disposition et son adversaire. Le troll était assis et mangeais des plantes et des champignons. La situation était incongrue.
finalement aprés avoir hésité le gobelin sortit un petit rongeur mort de son sac, le planta au bout d'un baton et s'installa prés du feu.
Les deux créature restèrent un moment ainsi, l'un en face de l'autre. aucun regards ne se croisaient, aucun des deux ne semblait décidé à parler en premier.

-"pourquoi?" demanda-t-il simplement en mangea son rongeur quand celui-ci fut cuit.

-"Tu n'avais pas le désire de me tuer, et je n'ai vu aucun mal dans ton âme."

-"Aucun mal dans mon âme?!?"

le gobelin regardeai son interlocuteur, incrédule. celui=ci leva les yeux et lui montra son majeur et la bague qu'il possédait. le gobelin est un expert en bague et autre objet de valeur, il vit tout de suite que derrière l'apparence d'une bague en or classique se cache un pouvoir magigue mystérieux. Il attendit les explication de son hôte.

-"cette bague permet de voir les tendances dans l'âme des gens. bien, mal ou neutralité; j'aime savoir contre quoi je combat. Je n'ai vu auncun mal en toi." lui dit-il en sourriant"je n'ai pas vu de bien non plus." conclut-il discretement.

-"interessant, je ne pensait pas avoir un âme neutre." il prit une bouchée et continua la bouche pleine"je comptais venger mes consins en venant ici, et en apprendre plus sur toi aussi. finalement c'est toi qui a regardé mon âme!" il reflechit un instant..."sans ma permission en plus"
Il planta son regard dans celui du troll, un peu étonné.

-" t'as mater mon âme sans demaner alors maintenant va falloir me raconter ton histoire pour te faire pardonner!" lui repondit-il avec un grand sourrire.

les deux compères passèrent une bonne partie de la nuit à faire connaissance.
ce fut pour les deux une parenthèse agréable dans leurs vies solitaires.

Dans la ville de Gelmer, salle du trône. Un homme d'une taille impressionnante s'approche du trône où siége un homme visiblement épuisé et lasse.
l'homme dont le marteau colossal dépassait la tête s'agenouilla et dit:

-" J'ai un piste pour votre fils monseigneur, je serai absent un moment-"

l'homme regardea le souverain mais ne vit aucune réaction comme il semblait s'y attendre. Il se releva et parti de la pièce. l'ombre son marteau s'aggrandissait plus il sortait et parraissait de plus en plus gigantesque, tel une menace inéluctable.

Chapitre 4 : La chapelle


Dernière édition par Cédric gob le Jeu 28 Sep - 11:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cédric gob
Auteur
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 34

MessageSujet: Re: Le repenti   Lun 2 Oct - 22:23

Chapitre 4 : La chapelle

Le jour vient de se lever. On peut entendre les premiers chants d’oiseau et sentir la rosée caresser délicatement les jambes qui viennent la déranger. A l’orée d’un sous-bois, une petite chapelle se dresse là, seule et isolée. Il faut vraiment le vouloir pour se retrouver dans ce lieu isolé de tous.
Une voix enchanteresse se fit entendre, comme un chant d’ange. A l’intérieur, une femme chant ses dévotions, à genoux, les mais jointes. La délicatesse de son chant n’a d’égale que la beauté de ses traits. Fort heureusement le lieu est isolé, sinon une foule hypnotisée serait autour de la sainte, prête à tout pour un regard ou un sourire.
La porte s’ouvrit, une masse verte surplombée de la garde d’une épée gargantuesque entra avec une délicatesse inattendue. Le troll se dirigea vers l’autel et s’agenouilla au côté de la sainte. Il joignit ses mains et pria mentalement à ses cotés.  
La prière du matin continua ainsi un petit moment, le son de la voix de la sainte envahissait la chapelle et la clairière environnante. Cet instant semblait être sortit d’un rêve. Le monstre qui en profitait à ses côtés semblait subjugué, comme en transe face à une voix qui aurait-pu être celle d’un ange. Puis petit à petit, la voix baissait d’un ton, puis d’un autre et disparut comme un songe. Après cet instant onirique, le calme et la sérénité  prirent place.
D’une voix douce et enchanteresse, tout en restant à genou et les mains jointes, la femme lui demanda :
-« Pourquoi ce retard ? » 
Chaque parole semblait venir d’un ange, même des insultes ne pourraient être mal prise dites de cette façon. 
Dans la même position et toujours les yeux fermés, le troll lui répondit d’une voix aussi douce que possible et avec une admiration et un respect audibles :
-«  J’en suis navré, votre sainteté. J’ai veillé tard et suis partit en retard d’où j’était. J’ai parcourût la lande au plus vite pour louper le moins possible votre credo. »
Comme une ponctuation à sa phrase, il ouvrit les yeux et sourit de toutes ses dents pointues. Un tel sourire avait de quoi effrayer nombre de gens, mais pas son interlocutrice. Elle le regarda avec tendresse, lui rendit son sourire et lui répondit :
-«  Ton nouvel ami te ressemble … en plus petit. » 
Elle finit sa phrase en tirant la langue. une espièglerie douce et délicate, qui était une belle preuve de complicité. Elle fut accueillit par un nouveau sourire et un regard complice. Le troll n’était plus étonné par les visions de sa mentor, il savait qu’un lien fort entre eux lui permettait de savoir à peu prés tout de ce qu’il faisait.
-« Je pensait que cette « personne » vous déplairait… Il n’y a rien de bon en lui contrairement à vous. »
Il laissa sa dernière phrase en suspend en attendant ce qu’elle en dirai.
-«  Il n’y a rien de mal en lui non plus. La nature est neutre en règle générale. Un chien aimant et loyal n’aura rien de bon en lui et restera neutre. Une araignée ou un serpent qui tue avec son venin n’en est pas pour autant mauvais. La neutralité n’est pas notre ennemis Mahap, c’est la mal. Et ton amis neutre pourrait être utile un jour. »
Mahap Hell Pa la regarda, comme un élève après avoir dit un idiotie. Il hésita un instant mais confia tout de même ses doutes :
-« Il ne risquerai pas sa vie si je lui demandais. Ce n’est pas un guerrier du bien comme nous. »
Elle lui sourit. Elle s’attendait visiblement à cette réplique et semble satisfaite de l’avoir entendue.
-«  Il n’est pas un guerrier du bien je te l’accord. Mais il y a quelque chose pour lequel il ferai ce dont on pourrai avoir besoin non ? »
Elle laissa la réponse pour elle et le regarda réfléchir. Il réfléchit uniquement à sa question et ne cherchait plus à savoir comment elle pouvait connaitre aussi bien des gens qu’elle n’avait jamais vus. Il y avait en elle une sorte d’omniscience déconcertante au début mais plutôt agréable au final. Pour en revenir au gobelin, Mahap eue les yeux brillants et répondit :
-« l’argent !! Il m’a dit être un mercenaire et avoir comme passe temps de compter ses richesses ! »
-«  Et j’ai toutes les richesses dont rêve ! » lui répondit-elle.
Ils se regardèrent un moment silencieusement. Puis un rayon de soleil baigna la chapelle d’une lumière multicolore à travers les vitraux. L’atmosphère de la pièce en fut transformée comme si une vague de couleur venait s’échouer sur eux. 
-« Le temps est clément aujourd’hui, pourquoi ne pas sortir prendre un peu l’air. Voila des mois que vous ne sortez plus de cette chapelle ! » lui proposa-t-il tout souriant.
Le sourire de la sainte s’évanouit, et son regard devint aussi sérieux et sévère que celui d’un vieux mage. 
-«  Je ne peux plus prendre le risque de quitter ce lieu béni pour le moment. Tu devras continuer à t’occuper de moi. »
Elle fit des yeux brillants de chatons en finissant sa phrase. Il la regarda avec tendresse et lui répondit :
-«  C’est un honneur et plaisir de vous servir. Mais je suis inquiet et me pose des questions ? »
Les derniers mots furent dit à voix basse, presque inaudibles, avec timidité et inquiétude. Il détourna le regard avant de les prononcer. Il avait honte de douter d’elle mais voulait des réponses sur sa sédentarité forcée. Elle le regarda et sourit. Elle pris son visage à une main et le redirigea vers le sien.
-«  Je suis désolé. Tu t’inquiète pour moi et je t’en remercie. » lui dit-elle et lui donnant un baiser sur la joue. «Je suis venu ici combattre un puissant ennemi, et ce lieu est la meilleure protection que je puisse trouver contre un être maléfique. J’ai commis une erreur qui a sans doute dévoilée ma présence d’où ma prudence. » Elle lui sourit sincèrement « Ici je suis en sécurité tu n’as pas à t’inquiéter ! »
Leurs regards se croisèrent intensément. Le troll hésita, mais sa question resta en suspend quand il sentit une odeur familière, un lapin qui s’approchait de la chapelle et offrira un repas des plus convenable pour sa protégée. Il mit son doigt sur sa bouche en faisant chut et partit en quête du déjeuner de la dame.
Voir un troll chasser le lapin avec une épée de la taille d’un arbre est instant aussi fugace que rare. L’épée siffla en fendant l’air, le petit animal sauta pour éviter le coup. Mais la réaction du mammifère était anticipée, et il se retrouva en sautant pile dans la trajectoire de la lame. A la réception du saut, la tête était d’un côté et le corps de l’autre. Le monstre ramassa sa prise et retourna à la chapelle.
Il s’occupa de tout. Il dépeça le rongeur, fit des petits morceaux comme l’aime sa protégée et l’assaisonna avec goût. Il y avait de nombreuses herbes aromatiques ainsi de des légumes dans un petit jardin, La sainte fut elle-même étonnée quand elle apprit les talents de jardinier de l’ancienne bête assoiffée de sang. Elle appréciait beaucoup ses talents culinaires et jardiniers, qui bien qu’inattendus étaient les bienvenus. Quand il cuisinait, elle restait à ses côtés silencieusement ; elle observait ses mouvements précis et admirait ses découpes rapides et  habiles. C’est comme à leur habitude pendant la cuissons que les discutions reprennent.
Ce fut lui qui posa la question qui lui trotais dans la tête depuis ses dernières paroles :
-« L’erreur  que vous avez faites … » IL détourna les yeux, embarrassé.
-« Oui. » dit-elle simplement « J’avais besoin d’un allié et toi d’un peu d’aide pour voir les choses autrement. J’ai utilisé mes pouvoirs au grand jour, je préfère donc rester cachée ici encore un moment par prudence. »   
Elle le regarda droit dans les yeux en disant tout cela. Elle vit qu’il était attristé par la situation et se sentait coupable de son isolement. Le cœur pure qu’elle lui avait offert était aussi sa punition, punition qui était efficace en cet instant. Bien qu’elle avait voulu le punir de ses crimes passés, sa nouvel personnalité lui plaisait et le voir souffrir lui était désagréable.
-« Mais lorsque que tu sors en vadrouille, je suis comme avec toi et peux sortir de cet endroit en me connectant à toi. Je peux donc sortir en toute sécurité grâce à toi. » 
Elle lui fit un grand sourire et son visage irradiai de joie. Il lui sourit en retour et sembla un peu soulagé par ses dernières déclarations. Elle mit sa main sur sa main ; la différence entre les deux mains était d’ailleurs impressionnante ; et lui dit le visage toujours en joie :
-«  Allez, va donc profitez de cette belle journée. J’ai envie de prendre l’air » 
Elle lui fit un clin d’œil et il sortit en souriant. Le soleil tapait sur sa peau, le vent le caressait doucement, l’odeur des sous bois enivrait ses narines… Quelle belle journée ! Il inspira à fond, garda l’air dans ses grands poumons puis expulsa doucement l’air en fermant les yeux. IL les rouvrir, comme décidé et partit en courant comme un fusée. IL n’avait aucune raison de courir mais il en avait autant pour ne pas courir. IL traversa les bois en un instant et se retrouva sur la plaine. IL courut comme cheval des plaines puis lorsqu’il n’en puis plus, il s’allongea simplement dans l’herbes et dormit au son du vent dans les fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le repenti
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'atelier des gratte-clavier :: La vallée de Faucon Gris-
Sauter vers: